Les patiences, 2016, pendentifs, cuivre émaillé.


La patience est une planchette de bois munie d'une rainure dans laquelle tous les boutons d'un uniforme pouvaient être astiqués en même temps sans risquer de souiller le tissu.


Extrait de Zusammenhänge, p. 54-55 :

M. Hornung est professeur d’histoire au Lycée Le Corbusier à Illkirch au Sud de Strasbourg. La premiére fois que je l’aperçu, il portait un uniforme militaire anglais, pantalon et veste bleu foncé, orné de passementeries rouge. Boutonné jusqu’au col officier par sept boutons demi-bombé pied, couleur laiton. Il arbor quelques médailles et rubans et porte fièrement un képi assorti à sa tenue.
Surprise, j’engage la conversation sur quelques objets qu m’intéressent : la patience1, les cartes imprimées sur de la soie évoquée par Tacita Dean dans son texte sur Sebald2, et puis les bijoux en étain fabriqués dans les tranchées.
Je découvre un homme spécialiste par passion et grand collectionneur.
Le 3 Octobre, je me rends au « labo » du bâtimen C, une petite salle servant de bureau aux professeurs d’Histoire. Des objets du passé sont entassés sur des étagères. J’aperçois des wagons de train miniatures, la gare de Marseille, des pipes, des photos, des armes, de cartes postales dans des armoires entrouvertes. Un portemanteau en bois fléchit sous le poids d’une collectio d’uniformes. M.Hornung se tient droit devant moi pou me serrer la main, il porte un uniforme de pompier.
Il dépose devant moi une série d’objets qu’il a sélectionnés une série de boutons dans une boîte en carton, un brique fabriqué à partir d’une munition dans les tranchées de 14-18, un petit avion, un vase à décor floral sculpté et gravé dans une douille d’obus, des insignes en feutre, quelque pucelles avec écu métalliques.
Je décide de l’interroger sur les objets qui touchent a plus près sa personnalité tel qu’il est perçu et identifié pa autrui. Il porte quotidiennement des costumes historiques.
« On entend par costume les pièces de vêtement qui constituent,
par leur groupement fixe, la manière normale de se
couvrir d’un groupe humain. Dès les premières tentatives de
classification, on a senti que deux mobiles poussent l’homme
à se couvrir : la protection et la parure. Tous les systèmes
tranchent catégoriquement sur le principe et hésitent
constamment sur les cas particuliers.»1



1 La patience est un objet utilisé par les poilus durant la première guerre mondiale, il s’agit le plus
souvent d’une planchette de bois rainurée dans laquelle tous les boutons d’un uniforme pouvaient
être nettoyé et polis en même temps, sans risquer d’abimer ou de salir le tissu.  


2 Tacita Dean, Que dit l’artiste, W.G. Sebald, 2003, p. 99.

3 Milieu et technique, André Leroi-Gourhan p.199.





 

Toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits.

Art. L. 122-4. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque